Black-Box (volume 1) : Tsutomu Takahashi va vous mettre K.O. !

3

12 août 2022 par sweetmadonna

Une œuvre sur deux enfants dans le Japon du XIXème siècle, un récit en partie autobiographique sur les bosozoku, une réalité alternative autour d’Hitler, des courts récits à l’ambiance fantastique ou stressante, Tsutomu Takahashi est un touche à tout. Et si ces titres n’ont pas forcément connus un grand succès sous nos contrées lors de leur sortie, un regain d’intérêt est apparu depuis quelques mois. Avec NeuN lancé chez Pika, Sidooh relancé chez Panini, Tsutomu Takahashi est de retour avec Black-Box, un manga sportif en 6 volumes sur le milieu de la boxe. Est-ce que l’auteur réussira aussi dans ce nouveau registre ?

Premièrement, ce qui marque le lecteur dès les premières pages de Black-Box, c’est le style de Tsutomu Takahashi. Ceux qui ne le connaissent pas découvriront un trait nerveux, réaliste, fait de nombreux coups de crayon et de quelques touches plus délicates comme faites au pinceau. Outre son chara-design aisément reconnaissable, Tsutomu Takahashi brille lorsqu’il s’agit de retranscrire des atmosphères, des paysages, de l’action… Bref, tout ce que connaissent déjà les lecteurs de Bakuon Retto et Sidooh notamment. Et sur ce premier tome, on est servi avec de magnifiques doubles pages et des détails à foison. Encore une fois, le mangaka nous livre une copie graphiquement parfaite. Petit plus : les couvertures faisant référence aux affiches promotionnelles des combats de boxe.

Côté histoire maintenant, on pressent plusieurs messages dans ce premier tome, à tort ou à raison l’avenir nous le dira, et même si on peut regretter le côté trop classique de notre anti-héros (cadre familial « compliqué », caractère bien trempé, humilité au ras des pâquerettes, mais terriblement brillant), le tout fait mouche. Tsutomu Takahashi semble bien connaitre l’univers de la boxe, semble aussi vouloir faire un passer un message sur le journalisme et devrait nous réserver des surprises sur la famille de Ryoga. A voir ce que cela va donner sur 6 volumes mais l’ensemble est très efficace et les combats proposés sont splendides, servis comme di plus haut par un trait splendide.

1er round réussi pour Black-Box, qui montre que Tsutomu Takahashi peut décidément être à l’aise avec n’importe quel thème. Grâce à un graphisme toujours aussi sublime, le mangaka nous donne envie d’en savoir plus sur Ryoga et sa famille et de suivre son ascension. Le gong a sonné, place au 2ème round !

3 réflexions sur “Black-Box (volume 1) : Tsutomu Takahashi va vous mettre K.O. !

  1. tampopo24 dit :

    Je ne sais pas si tu l’as lu mais l’auteur s’inspire ici beaucoup d’Ashita no Joe, aussi bien en terme de narration, d’ambiances que de compo graphiques, alors peut-être t’intéressera -t-il aussi 😉
    Bien sur le dessin de Takahashi change beaucoup de chose mais son aîné est très puissant aussi.

    • sweetmadonna dit :

      Oui, j’avais les tomes de Glénat dans ma bibliothèque. Il est vrai que le caractère de Joe Yabuki est assez semblable à celui de Ryoga. Pour le reste, mes souvenirs sont trop vieux ! (Plus de 10 ans déjà…)

      • tampopo24 dit :

        Je comprends. Tu peux ajouter la critique des journalistes, la relation avec la fille et certaines planches comme quand le héros court au-dessus d’un pont, qui sont tout droit inspiré d’Ashita no Joe 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Entrez votre email pour être avertis des nouveaux articles !

%d blogueurs aiment cette page :