Blue Flag (volume 7) : les jours d’après

Poster un commentaire

16 décembre 2020 par sweetmadonna

Avant dernier volume pour Blue Flag. La révélation de la fin du tome 6 est bien évidemment au coeur du récit sur ce tome, avec toujours des échanges sur les relations filles/garçons portés, une nouvelle fois, par un personnage différent. Quant à l’autre grande révélation, elle ne devrait plus tarder…

Nous sommes entrés dans le vif du sujet. Comment Taichi et ses amis vont-ils réagir maintenant qu’ils connaissent la vérité ? Quelle sera la décision de Taichi ? Comment Kuze gérera-t-elle la nouvelle ? Une nouvelle fois, KAITO réussit à traiter tout ceci avec tact, justesse, vérité, et un sens des relations entre adolescent aiguisé. Si parfois certaines discussions semblent trop complexes pour des lycéens, cela reste malgré tout très largement crédible. Ressortir de cette lecture sans être touché, troublé ou tout simplement ému est impossible. On referme même le livre avec le cœur serré, se demandant bien ce que le volume final nous prépare. Avec la crainte de devoir sécher nos larmes…

Comme dit plus haut, c’est cette fois Kensuke qui va nous faire un monologue. Son objectif sera de nous expliquer pourquoi il s’est jeté sur Tôma, avec des échanges sur le harcèlement, les différences filles/garçons, et son point de vue opposé à celui de ses camarades féminines mais aussi de Shingo. Un échange intéressant où Taichi n’est que spectateur malgré un rôle central. Et si cela est intéressant (bien qu’une nouvelle fois un peu long), d’autres discussions importantes ont lieu dans ce tome. D’abord côté filles, Kuze, Masumi et Mami échangent sur les événements, mettant Masumi dans une situation délicate qu’elle n’arrive pas à gérer. Mais celle qui nous touchera le plus, c’est la dernière, entre Tôma et Seiya. Poignant et triste, le monologue de Seiya et les réactions de Tôma nous mettent dans un état émotionnel fébrile. Et que dire du dernier chapitre…

Blue Flag se déguste patiemment. Se savoure dans le temps. A la lecture, nous ressentons des sentiments immédiats. Et en y repensant plus tard, des sentiments encore plus profonds. Parvenir à toucher ainsi les lecteurs est une preuve de la justesse du récit et KAITO, non content de maîtriser son propos, offre une composition graphique somptueuse. Le dernier volume nous permettra de voir s’il peut conclure en beauté. Il n’en demeure pas moins que ses prochaines oeuvres à paraitre chez nous seront à surveiller absolument.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Entrez votre email pour être avertis des nouveaux articles !

%d blogueurs aiment cette page :