Veil (volume 1) : que se cache-t-il derrière ce bel écrin ?

8

29 novembre 2020 par sweetmadonna

Après une communication très efficace ces dernières semaines, les éditions Noeve Grafx nous proposent enfin de découvrir leurs premiers titres, SpéOpe – qui marque le retour de Kia Asamiya chez nous – et donc Veil, un titre initialement en 2 volumes de KOTTERI (et qui aura prochainement le droit à un 3ème tome, voire plus si affinités), proposé à la fois en volumes séparés ou en un magnifique coffret regroupant les deux. L’objet est somptueux (comme on a pu le voir dans la jolie vidéo de présentation ci-dessous), mais est-ce que le contenu est à la hauteur du contenant ? C’est ce que nous allons pouvoir découvrir avec la version numérique qui nous permettra de juger l’oeuvre et uniquement l’oeuvre.

En premier lieu, disons-le tout de suite : Veil sort totalement de ce qu’il nous est proposé habituellement. Entièrement en couleurs, proposant uniquement 130 pages environ, mélange d’artbook avec beaucoup d’illustrations, de bande dessinée avec des scénettes de quelques pages et de petits textes en guise d’interlude, le titre de KOTTERI pourra en dérouter plus d’un, ce qui est toujours à double tranchant. Le moins que l’on puisse dire c’est que cela est original et permet de sortir de sa zone de confort. Mais ce n’est pas tout, le contenu est tout aussi hors normes, avec des planches que vous ne verrez sans doute jamais dans d’autres titres. Si le style graphique peut rappeler par exemple le travail de Natsume Ono (Ristorante Paradiso, Gôyo…), il n’en reste pas moins à part, sans compter sur une mise en page unique, que ce soit pour le fond des planches (d’une couleur unie) et pour le cadre des cases (faits de traits « à la main »). C’est donc un véritable OVNI dans la forme, à n’en pas douter ! Les petits textes « interlude » apportent de leur côté un vrai plus : ils nous permettent de nous attacher aux personnages, ce qui est moins le cas de l’histoire…

Concernant le fond maintenant, quelle histoire nous propose Veil ? Celle de deux personnages, qui se rencontrent, se rapprochent, se fréquentent, échangent, vivent tout simplement sous nos yeux. Un récit « tranche de vie » mais qui là aussi propose de l’originalité. Les deux personnages n’ont en effet pas de nom (même s’ils sont précisés en annexe), on ne voit quasiment que eux deux pendant l’intégralité du volume, le personnage féminin garde les yeux fermés constamment, sans que l’on ne sache vraiment pourquoi… Là aussi, KOTTERI propose de l’originalité, jusque dans les dialogues qui participent grandement à une atmosphère poétique et aérienne. Un bémol malgré tout : certains dialogues laissent une impression étrange (cf la case ci-dessous, où le « je ne vous demande rien » semble totalement hors contexte), décousue, à se demander si c’est la traduction qui est en cause ou une volonté de l’auteur… Outre l’histoire donc, nous avons droit à de grandes galeries d’illustrations, qui nous démontrent que KOTTERI a un immense talent et qui laissent transparaître la passion de l’auteur pour la mode (on a le droit tout le long d’ailleurs à un joli défilé vestimentaire de noter héroïne).

Emettre un avis tranché sur Veil ? C’est sans doute possible. Mais si on enlève les atours du titre et ne se contente que du contenu, l’avis peut être bien plus mitigé. C’est original, à n’en pas douter, mais en tant que manga, l’histoire nous propose trop peu finalement (sur les 130 pages du volume, nous devons en avoir la moitié avec de la bande dessinée) pour totalement emporter l’adhésion. Le titre reste pétri de qualités, mais plus en tant qu’oeuvre graphique dans sa globalité. Ce qui est déjà pas mal du tout.

8 réflexions sur “Veil (volume 1) : que se cache-t-il derrière ce bel écrin ?

  1. Hum…

    Ton avis (et d’autre que j’ai pu lire) me rassure pas. Ça à l’air très joli, l’objet semble de super qualité mais ça a surtout l’air un peu creux. Alors j’aime les jolies éditions mais si le contenu c’est juste du « joli » je passe… Et non je n’ai pas de soucis avec les tranches de vie…

  2. Je ne suis pas trop étonné de ton avis, d’autant plus qu’on en avait parlé sur Twitter. Mais pour ma part j’ai été conquis car j’ai trouvé que le fond et la forme se mariaient harmonieusement pour procurer une expérience vraiment très plaisante en terme de lecture.
    Alors après il y a la question de la durée de lecture par rapport au prix mais ça, c’est forcément propre à chacun… et ne l’ayant pas payé, j’ai eu la chance de ne pas avoir à me poser la question mais je sais que tout le monde n’a pas ce luxe.

    • sweetmadonna dit :

      J’aimerais avoir ton avis, notamment sur le passage que j’ai mis en exemple. Rien ne te choque dans l’enchaînement entre la page précédente et celle-ci ? J’ai ressenti ce sentiment étrange de ne pas comprendre plusieurs fois par volume, je me demande donc si c’est moi ou si c’est normal…

      • Franchement comme ça, sans le volume sous les yeux je ne peux pas te dire.
        Mais durant la lecture je n’ai eu aucun soucis de particulier. Je trouve même que l’ouvrage pourrait encore plus souvent se passer de dialogues tant l’accent est mis sur autre chose.

  3. Merci pour ce retour, il me faisait de l’œil car j’aime les beaux objets-livres, mais je pense passer mon tour.
    Pour rebondir sur la case que tu trouves problématiques, je pense que mettre la page juste avant aurait permis une contextualisation et vraiment savoir si on trouve ça étrange ou pas. De mon côté, ça ne me paraît pas louche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Entrez votre email pour être avertis des nouveaux articles !

%d blogueurs aiment cette page :