Naru Taru : Mohiro Kitoh crée le scandale (2/2)

Poster un commentaire

28 octobre 2020 par sweetmadonna

Comme promis, seconde et dernière partie donc de l’article sur Naru Taru, avec les critiques des volumes 7 à 12 ! Bonne lecture !

Le père de Shiina est pris en otage par le ryunoko d’Hiroko. Incapable de tuer son amie pour sauver son père, la jeune fille voit Hoshimaru faire ce qu’elle ne pouvait pas…

Shiina entre au collège. Après plusieurs mois d’études acharnées, elle a réussi à intégrer le prestigieux collège Banda, grâce à une bourse au mérite. Depuis les évènements précédents, elle n’a plus de nouvelles d’Akira et a cessé de s’occuper d’Hoshimaru, qu’elle ignore totalement désormais. Quant à Naozumi, il met progressivement son incroyable plan en place, ne reculant devant rien…

Comme à son habitude, Mohiro Kitoh bouleverse le cours de son histoire dans ce 7ème volume de Naru Taru. Alors que l’on s’attendait à voir les conséquences directes des évènements de précédent volume, l’auteur casse le rythme en concentrant le début de ce tome sur Mlle Sato, Naozumi ou Norio. Ces passages, pas innocents, précèdent le retour au premier plan de Shiina. Sa rencontre avec Satomi, l’exposition de Norio, la mise à l’écart d’Hoshimaru… Et à côté de cela, nous voyons le plan de Naozumi prendre forme, de manière violente. Des actes cautionnés par le gouvernement et qui pourraient avoir de grosses répercussions par la suite, étant donné les cibles visées… Un tome où Kitoh se fait plaisir, notamment avec la philosophie de vie de Naozumi. La narration, vraiment particulière, pourra une nouvelle fois en rebuter plus d’un. C’est pourtant ce côté atypique qui rend Naru Taru si spécial et qui fait de la série une lecture unique en son genre.

Avec une avancée réelle dans le scénario, une narration atypique et une « touche » Kitoh, Naru Taru continue d’être une lecture à part, qui ne peut définitivement pas plaire à tout le monde. Mais si le lecteur accroche au style, la lecture de Naru Taru peut s’avérer diablement captivante.

Narutaru Ch. 6-7 — He Who Lives by the Sword | Draggle's Anime Blog

Les aventures de nos jeunes possesseurs de ryunokos continuent dans ce 8ème volume de Naru Taru.

Pas d’évolution notable dans ce nouveau tome, qui reste sur le même schéma que les précédents. Mohiro Kitoh prend le parti de nous offrir une narration faussement lente, où les évènements se succèdent sans que l’on sente réellement une hausse du rythme du récit. Ce choix peut induire chez le lecteur une monotonie dans la lecture, tout comme elle peut le captiver. Cela reste à l’appréciation de chacun.

S’il est toujours aussi difficile de deviner où l’auteur veut nous mener, les positions des différents clans se clarifient et il semble que la partie finale du titre soit sur le point de se lancer. Même si le titre ne semble pas tenir toutes ses promesses, Naru Taru reste une lecture différente qu’il serait dommage de bouder, pour peu que l’on soit curieux.

Starlight (Shadow Star: Narutaru) - Album on Imgur

Neuvième volume pour Naru Taru. Et alors que la fin approche à grands pas (la série est terminée en 12 volumes), ce tome se concentre surtout sur les aventures du père de Shiina en Russie.

Plus la série avance et moins on comprend où veut en venir Mohiro Kitoh. Les informations apportées par le passage en Russie du père de Shiina laissent un peu perplexe concernant la nature des ryus. Et le retour au Japon et à la situation de Shiina ne permet pas d’éclaircir grand chose…

On est donc de plus en plus dans le flou. Naru Taru conserve ce côté à part, avec une narration erratique et vraiment spéciale. Ceci peut facilement rebuter et beaucoup de lecteurs ont sans doute déjà arrêté les frais. Et pourtant, on sait que Mohiro Kitoh peut faire de grandes choses, comme le prouve si bien Bokurano (chez Asuka). L’auteur dispose désormais de 3 volumes pour nous prouver que Naru Taru possède les prémisses de ce talent évident. Mais l’attente est désormais grande et les risques de déception tout autant…

Narutaru: Shadow Star | Wiki | Anime Amino

La fin de Naru Taru approche désormais à grands pas. Et si la série semblait s’enliser dans des histoires annexes pas forcément très intéressantes, ce volume passe la vitesse supérieure avec notamment une conclusion qui devrait en laisser plus d’un bouche bée.

Cette fois, Mohiro Kitoh décide de bousculer ses personnages et ses lecteurs. L’arrivée d’un nouveau Ryunoko va mettre sans dessus-dessous la ville et l’armée américaine. Ces évènements vont avoir de très graves conséquences pour nos héros, et la suite semble toujours plus imprévisible.

Et c’est encore ce point qui nous empêche de savourer pleinement ce volume. Si les faits qui nous sont narrés sont bouleversants, leurs conséquences à venir sont tellement floues que l’on ne sait pas si l’on doit se réjouir d’un tel retournement de situation à 2 tomes de la fin.

Malgré tout, ce volume pourrait réconcilier certains lecteurs avec le titre et leur donner envie d’aller au bout de l’aventure. Mohiro Kitoh ne fait décidément rien comme tout le monde mais c’est aussi pour cela qu’on apprécie ses œuvres… Il ne lui reste plus qu’à réussir sa conclusion.

Analysis] Narutaru : Mukuro Naru Hoshi Tama Taru Ko – Hana Ga Saita Yo

Avant-dernier tome et comme prévu, ça bouge beaucoup dans ce 11ème volume de Naru Taru ! Si vous avez lu le résumé, vous savez déjà que l’évènement de fin du volume précédent n’a finalement pas eu les effets escomptés. Mais Mohiro Kitoh nous a réservé quelques surprises de taille…

On était restés sur le cul avec les dernières pages du tome 10. Le début de ce tome 11 tendait à confirmer les évènements passés, avant qu’un coup de théâtre (pour l’instant inexpliqué) remette tout en cause. Si ce retournement reste gênant, les choses bougent tellement dans ce volume, de manière presque apocalyptique, que ce n’est finalement qu’un détail. Des révélations sur la nature de certains ryunokos, le passage à l’acte de leurs possesseurs, mais surtout les conséquences à venir annoncent un dernier tome en forme d’apothéose.

Si tout n’est pas parfait, si le titre conserve toujours ce flou étrange, tant dans son scénario que sa narration, ce volume 11 de Naru Taru contient tellement d’éléments forts qu’il permet de passer un bon moment et d’envisager une fin de qualité. On attend désormais la conclusion de ce titre un peu à part, et qui ne plaira assurément pas à tout le monde.

putting fruits in baskets on Twitter: "... #narutaru… "

Voici donc la fin de Naru Taru après 12 volumes ayant alterné les hauts et les bas. A-t-on droit à une conclusion à la hauteur de l’intérêt suscité par le titre à ses débuts ou Mohiro Kitoh aura-t-il poussé le vice jusqu’à conclure sa série de la même manière qu’il l’a mené, c’est-à-dire dans le flou le plus total ?

Les révélations s’enchaînent dans cet ultime volume et il faut reconnaître que si certaines sont étonnantes et plutôt réussies, d’autres semblent tirées par les cheveux et peinent donc à convaincre. Naru Taru doit faire partie de ces titres qu’il faudrait relire en entier, d’une seule traite, pour pouvoir en comprendre toutes les subtilités. Ici, même si le destin final de nos héros semblent clair, on aurait aimé en savoir plus sur les conséquences des agissements des « méchants » de l’histoire sur le monde et un peu plus de clarté dans la narration. Mais Kitoh a décidé de conserver son style jusqu’au bout, à grands coups d’ellipses et de transitions brutales.

Naru Taru était connu en France pour son côté « choquant » ayant conduit à un arrêt de publication lors de la première tentative de Glénat. Certes, certains passages de la série sont très limites, mais cela fait peu pour en faire un titre indispensable, hormis pour le côté « historique » de la chose. Du même auteur, préférez Bokurano, bien plus abouti et qui frôle l’excellence. Ce qui n’est hélas pas le cas de Naru Taru, qui reste tout de même un titre intéressant dans sa construction. Un final décevant donc pour un titre lui aussi globalement décevant, sans pour autant être mauvais… Oui, Naru Taru provoque chez le lecteur des sentiments contradictoires. A chacun de se faire sa propre opinion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Entrez votre email pour être avertis des nouveaux articles !

%d blogueurs aiment cette page :