Les naufragés – Min-ho Choi

4

24 mars 2015 par sweetmadonna

On poursuit aujourd’hui avec un titre présenté par Manhwa France :

 

Après les deux volumes de Moi, jardinier citadin, Min-ho Choi revient chez Akata avec un nouveau diptyque au ton totalement différent. En effet, il sera cette fois-ci question d’aquariophilie, de maladie, de déprime, de prostitution, de suicide… Bref, on est très loin de l’ambiance enjouée de la précédente oeuvre de l’auteur parue chez nous.

 

 

Comme d’habitude, on débute avec la présentation du titre par l’éditeur :

 

Après le très remarqué Moi, jardinier citadin, Min-ho Choi revient en français ! Avec un style graphique encore plus abouti et des planches à la beauté indescriptible, le dessinateur s’attaque cette fois-ci à des sujets bien plus sombres : ceux du suicide et du rejet social. À travers la métaphore de l’aquariophilie, avec sa poésie et une mélancolie dont il a le secret, Min-ho Choi, étoile montante de la BD mondiale, nous livre une histoire toute en finesse qui pourra séduire un large public.

Après avoir longtemps séjourné à l’étranger, Kim rentre en Corée pour habiter dans la vieille maison qu’il vient d’hériter de son père. Il décide alors, malgré le quartier chaud dans lequel il se trouve, de transformer cette maison en boutique d’aquariophilie. Traumatisé par une enfance douloureuse, sa passion pour les poissons va lui servir de nid, pour s’isoler du reste du monde… Mais au fil de ses rencontres, et notamment grâce à la belle Eunsou, prostituée du quartier autant écorchée par la vie que lui, une nouvelle flamme va naître dans son cœur. Et si, malgré cette société trop étouffante, ces deux-là, véritables naufragés de la vie, réussissaient enfin à vivre ?

À noter que la version française des Naufragés a été spécialement retouchée par l’auteur, qui tenait également à y rajouter des pages inédites par rapport à la version originale !

 

Et vous pouvez, bien entendu, en lire un extrait sur Akazoom : http://www.akazoom.fr/les-naufrages-t1

 

 

Avec le même format d’édition que Moi, jardinier citadin ou les autres titres de la collection « romans graphiques du monde » de l’éditeur, Les naufragés se pose déjà comme un très bel objet. Une fois de plus, le contenu éditorial qui accompagne l’oeuvre est présent, mais il faut noter tout de même un point : la postface réalisée par le député coréen contient des spoils ! A éviter de lire donc si vous souhaitez conserver toute la surprise de la découverte de la suite. Hormis ce léger bémol (expliqué par Akata), la qualité est au rendez-vous, comme souvent.

 

naufragés1

 

C’est avec un réel plaisir que nous retrouvons le trait de Min-ho Choi, véritablement différent, fin, agréable, original, notamment avec ces visages et corps déformés, mais toujours dans ces fameuses couleurs pastels, qui attendrissent tout propos, même le plus dur. C’est donc déjà un gros bon point pour Les naufragés, mais ce n’est pas le seul. On notera aussi qu’il s’agit cette fois d’une « vraie » bande dessinée, là où Moi, jardinier citadin pouvait parfois apparaître comme un récit illustré, notamment lors des détails agricoles énoncés. Ici, pas de passages de ce type (hormis les légers détails sur les espèces de poisson, mais c’est vraiment léger, cf ci-dessus), l’histoire, rien que l’histoire, avec ses moments de vie et ses moments de « rêve » (voire cauchemar, c’est selon…)

 

Le personnage de l’histoire se prénomme donc Kim. Revenu au pays après plusieurs années à l’étranger, on en apprend progressivement plus sur son passé, sa relation avec son père, sa maladie, son amour des poissons… Un jeune homme au passé compliqué qui va faire la connaissance de Eunsou, une jeune prostituée travaillant dans le quartier où s’est installé notre héros et qui sera la première cliente de sa boutique d’aquariophilie. Nous allons également en découvrir plus sur son passé, tout aussi torturé que celui de Kim. Et, progressivement, nos héros vont se rapprocher…

 

naufragés2

 

Vous l’aurez compris, vu le passé des protagonistes principaux, ce ne sera pas forcément la joie. Mais Min-ho Choi sait aussi croquer des personnages exubérants, et entre le couple de retraités voisin et les collègues de Eunsou, le lecteur aura son lot de « folie » pour faire passer l’ambiance parfois plombante. L’un des points marquants de ce premier tome (sur 2 donc) réside dans les passages où Kim a des hallucinations. Liées à sa maladie, elles mettent souvent en scène des poissons avec lesquels l’auteur fait régulièrement des parallèles, concernant notamment les propriétés de certaines espèces et la situation dans laquelle se retrouve Kim. Cela offre quelques planches splendides, o l’auteur s’autorise un peu tout. Et on comprend mieux le lien fait sur le site internet d’Akata avec les oeuvres de Taiyô Matsumoto, comme Gogo Monster. L’ensemble, non dénué d’une certaine poésie, se lit tranquillement et passionnément, en attendant de voir la conclusion d’un récit qui est tout sauf normal. A noter que la romance dont je parlais plus haut ne sera, elle aussi, pas du tout classique.

 

Toujours aussi captivant graphiquement, ce premier volume de l’oeuvre de Min-ho Choi possède suffisamment de qualités pour susciter votre intérêt. Loin du côté didactique et presque jovial de Moi, jardinier citadin, Les naufragés offre un récit plus adulte, plus dur, mais où la poésie est présente. C’est beau, c’est fort, et on espère que sa conclusion, prévue le 23 avril, sera du même niveau.

 

Publicités

4 réflexions sur “Les naufragés – Min-ho Choi

  1. Lusionnelle dit :

    Voilà une chronique que j’espérais trouver quelque part! La couverture m’intriguait, et je suis donc ravie de constater que l’intérieur suit. Merci pour cet éclairage bien écrit ! 🙂

    • sweetmadonna dit :

      Merci ! Je ne sais pas si tu avais lu l’autre titre de l’auteur mais on a ici une atmosphère bien différente, plus « dure », mais avec des moments foufous malgré tout. Et je trouve le style de Min-ho Choi très agréable, avec quelques planches vraiment belles, faisant plus penser à des tableaux qu’à de la bande dessinée.

  2. a-yin dit :

    N’ayant pas du tout accroché, si quelqu’un est intéressé sur Paris, j’en ai un comme neuf 😮 .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :