Rudolf Turkey – Hiroko Nagakura

2

12 mars 2015 par sweetmadonna

Si Reversible Man avait déçu, Eureka, Le chef de Nobunaga et dans une moindre mesure Oh my cats avaient donné une excellente impression de Komikku, finalement encore assez jeune sur le marché. Rudolf Turkey est donc un nouveau titre de l’éditeur, dont déjà deux volumes sont sortis à ce jour, sur seulement 3 parus au Japon (le troisième est prévu pour début avril chez nous).

 

 

 

Commençons par la présentation de l’éditeur, effectuée début septembre :

 

Alors que la semaine de la rentrée se termine, nous vous préparons d’ores et déjà deux belles nouveautés pour la fin de l’année. En attendant celle du mois de novembre, découvrons aujourd’hui celle d’octobre. Ça tombe bien, elle débarquera chez vos libraires dans un tout petit peu plus d’un mois ! Cette nouvelle série porte le nom de son personnage principal… j’ai nommé : Rudolf Turkey !

 

Rudolf Turkey Annonce PRESSE

 

Et dès les premières pages, c’est évident, Rudolf Turkey est un sacré type ! Plein d’ambition, c’est l’adjoint au maire de Gond Land, une sorte de Las Vegas fantasmé où se mélange pêle-mêle argent, jolies filles, action, casinos et cabarets. Rudolf est un homme charismatique et important… mais aussi sacrément arrogant et insolent ! Il attire donc à lui tous les malfrats du coin et se retrouve souvent dans des situations bien compliquées. Si l’amour ne lui sourit pas, il sait par contre y faire en politique et en affaire. Quelles sont ses ambitions et pourquoi lui en veut-on autant ? Vous le saurez entre deux coups de mitraillette, un instant de grâce et quelques billets !

Ce qui saute aux yeux dès les premières pages de Rudolf Turkey, c’est l’entrain et le rythme que donne l’auteur à son récit. Imbibé d’adrénaline et de plein d’amour pour les Etats-Unis des années 50, ce titre de Hiroko Nagakura surprend à chaque page. Enthousiasmée et enthousiasmante, la mangaka ne lésine pas sur les moyens pour en mettre plein la vue. Son trait très marqué, ses personnages drolatiques, ses mises en scènes rocambolesques et ses histoires de gros sous, de pouvoir et d’amour s’intriquent à merveille ! Cette série issue de l’éclectique magazine Harta d’Enterbrain est à la fois dynamique, enlevée et réjouissante. Véritable bouffée d’air frais dans le marché actuel, le manga de Hiroko Nagakura en surprendra plus d’un !!

 

Le premier volume décomplexé de Rudolf Turkey est à découvrir de toute urgence. Rendez-vous en librairie dès le 9 octobre 2014 !

 

Rudolf Turkey T01 Planche 2 PRESSE

 

Le gros atout de ce début de série, c’est bien entendu le personnage de Rudolf qui, malgré un nom vraiment pas top (prénom du plus célèbre renne du père Noël et un nom qui signifie dinde en anglais…), possède un énorme charisme. Qu’on se le dise : nous tenons là l’un des personnages les plus poseurs, charmeurs et imbu de lui-même que l’on ait pu voir depuis longtemps. Et ça fait du bien ! Reprenons donc du début : Rudolf Turkey est le maire-adjoint de Gond Land, une ville emplie de casinos et autres bars à jolies filles – un Las Vegas imaginaire quoi – où la corruption, le mafia et tout autres joyeusetés liées de près ou de loin au crime organisé (triades, trafic de drogue, prostitution, tueurs à gages…) sont légions. Bref, une ville où il faut en avoir pour s’imposer. Et Rudolf est plutôt bien armé de ce côté-là.

 

Pour régler certaines affaires, Rudolf possède une petite équipe de choc : Momoko (la seule avec un nom normal !) et Aigue-Marine (oui, encore un nom étrange…). S’ils ne paient pas de mine à première vue, on change tout de suite d’avis dès lors qu’ils se mettent en action. Et, parfois, Rudolf a bien besoin d’eux, puisqu’il est le genre d’hommes à se faire beaucoup d’ennemis… Des ennemis, il en sera souvent question dans ces deux premiers volumes, une menace plus importante pesant même sur les épaules de notre héros et pouvant, sans doute, servir de fil rouge. L’occasion de faire apparaître quelques personnages secondaires, comme les inspecteurs Pale Python et Vermelho Wolf (oui, les noms, c’est l’originalité du titre, définitivement), un duo très « rock’n’roll », parfaitement dans le ton de la série. Et si quelques autres personnages tirent leur épingle du jeu (le patron de la Bank of Turkey ou le gérant du club), celui qui retient le plus l’attention, pour plusieurs raisons (nom à coucher dehors – oui, encore -, corps voluptueux, relation avec notre héros) est Lapin Cornu (quand je vous parlais de son nom…). Comme dit plus haut, sa relation avec Rudolf est un petit fil rouge dans le récit, leur presque relation étant régulièrement au centre de l’histoire. Une seconde « intrigue » en toile de fond à suivre.

 

Capture

© 2013 Hiroko Nagakura / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN

 

Si on devait trouver des points négatifs au titre, on pourrait éventuellement signaler que, pour le moment, on ne sait que peu de choses sur notre héros et ses camarades. Mais rien de très étonnant à cela, puisque nous ne sommes qu’au tout début de la série. Ces informations viendront peut-être plus tard. Finalement, ce qui pourrait déranger le plus, c’est qu’il est beaucoup question de notre héros maire-adjoint, mais très peu de son supérieur, le maire de Gond Land… S’il en est légèrement question à un moment de l’histoire, le mystère reste entier sur cet homme, qui pourrait être un personnage centrale de l’intrigue. Sinon, rien de bien particulier à noter côté moins.

 

Et côté plus, si on a déjà parlé du personnage de Rudolf, il faut aussi dire deux/trois mots sur le graphisme et l’ambiance globale de la série : jolies filles, bad guys, argent, corruption, mafia, gunfights, humour, amour… Rudolf Turkey, c’est de la pure détente, un pop-corn manga à lire pour se détendre, sourire, et prendre un peu de bon temps. Le trait de Hiroko Nagakura rappelle par certains tics celui de Kota Hirano (papa de Hellsing et Drifters) notamment, surtout lorsque l’on voit le sourire en coin de Rudolf sur les couvertures. Les scènes d’action possèdent un assez bon rendu, même si le trait pourrait sans doute être encore plus dynamique. Mais ne cherchons pas non plus de défauts là où il n’y en a pas vraiment : le dessin de Nagakura est excellent et parfaitement lisible. Enfin, côté édition, Komikku reste dans ses standards : joli objet, papier de qualité, impression très correcte (quelques pages bavent un peu sur mon exemplaire, mais c’est difficilement imputable à l’éditeur…), et un petit bonus pour les chanceux qui ont pu l’avoir avec le tome 2 (le Gond Land Times). Bref, une édition de qualité.

 

Rudolf Turkey T01 Planche 1 PRESSE

© 2013 Hiroko Nagakura / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN

 

Après 2 volumes, Rudolf Turkey, malgré son nom un peu bizarre (oui, je fais une petite fixette sur les noms dans ce titre), est une excellente surprise. Divertissement sans prise de tête, offrant tout ce que peut offrir un bon blockbuster se situant dans ce cadre Las Vegas/Amérique/débauche/pognon, Rudolf Turkey fait partie de ces titres que l’on peut lire pour se faire du bien, se vider l’esprit et finir la journée sur une bonne note. Avec deux premiers volumes efficaces, Hiroko Nagakura lance parfaitement son titre qui en demande désormais que deux petites choses : une véritable intrigue de fond, plus développée, avec un background pour nos héros, et un divertissement toujours au rendez-vous ! Rendez-vous le 9 avril pour la suite.

Publicités

2 réflexions sur “Rudolf Turkey – Hiroko Nagakura

  1. Cette présentation vient de définitivement me faire franchir le pas… La prochaine fois que je vais en librairie, je le prend. Cela faisait déjà un moment que j’hésitais… Maintenant, place à l’action !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :