orange – Ichigo Takano

5

29 octobre 2014 par sweetmadonna

Parfois, la lecture de certains titres vous laisse dubitatif, incertain, voire indifférent. Et parfois, c’est tout l’inverse : chaque chapitre vous provoque des frissons, la lecture se fait fébrilement dans l’attente de réponses, voir venir la fin du tome vous laisse un sentiment d’abandon… orange (oui, sans la majuscule), la dernière nouveauté shôjo d’Akata, fait partie de la seconde catégorie, celle qui vous prend aux tripes, qui vous accroche, sans trop comprendre comment ni pourquoi. Et pourtant, le titre d’Ichigo Takano n’est pas totalement exempt de défauts.

 

 

Le pitch de départ d’orange n’est pas révolutionnaire. Naho, jeune lycéenne plutôt effacée et altruiste, reçoit un matin une lettre écrite par… elle-même, mais 10 ans plus tard. Cette lettre lui explique qu’elle va rencontrer ce jour-là un nouvel élève, Kakeru, et que de l’époque où elle écrit, ce dernier « n’est plus là ». La lettre du futur a donc pour but d’effacer les regrets de Naho et, sans doute, de faire tout pour que le destin de Kakeru soit bouleversé.

 

Le thème du « voyage dans le temps » n’est donc pas nouveau et a déjà été utilisé à de nombreuses reprises, en manga ou ailleurs. Et si le trait d’Ichigo Takano, évidemment typé shôjo, se révèle classique, il n’en demeure pas moins efficace et en parfaite adéquation. Les émotions passent, et passent même très bien. Il est difficile d’expliquer pourquoi mais la lecture des différents chapitres de ce premier volume d’orange ne devraient pas vous laisser insensible, Ichigo Takano sachant mettre le point là où il faut pour provoquer des frissons chez ses lecteurs, et leur donner l’envie d’en apprendre plus, d’aider Naho a changé le futur, de tout faire pour que Kakeru s’en sorte… Bref, elle nous transporte dans son histoire, réussissant à créer un lien étroit entre le lecteur et les personnages de son récit.

 

Deux points négatifs malgré tout pour ce tome. Le premier concerne Naho, notre héroïne, qui comprend assez rapidement que la lettre dit la vérité et que tenir compte des conseils prodigués par son moi du futur ne serait pas idiot. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir un mal fou à faire ce qu’elle doit faire ! De fortes envies de sortir la demoiselle de son bouquin, de lui mettre un bon coup de pied au c** parsèment donc la lecture de ce tome 1, ce qui renforce encore cette sensation qu’Ichigo Takano a réussit à créer un lien fort entre nous et ses créations. Le second point négatif… c’est que cela se finit trop vite ! Alors que l’on pense avoir encore droit à quelques pages, c’est une toute autre histoire qui conclue ce volume. On a l’explication du pourquoi, l’histoire est plutôt mignonne, et on se demande bien ce que la suite (car il y en aura une) nous réserve, mais la frustration est réelle ! Bref, vous l’aurez compris, les défauts n’en sont pas forcément et on passe facilement outre…

 

Revenons un peu sur les bons points du titre. Je parlais plus haut d’un graphisme classique. Alors oui, vous ne sauterez pas au plafond lorsque vous lirez orange. Et pourtant, le trait de l’auteur apporte la légèreté qu’il faut quand il faut, est très aéré, fin et délicat. Tout en sachant que Ichigo Takano considère qu’elle dessine mal ! Et que ces beaux garçons sont ratés ! Je laisse les demoiselles juger du second point mais on peut assurément dire qu’elle se trompe sur le premier puisqu’aucun défaut majeur ne saute aux yeux à la lecture de ce tome 1. L’autre point fort se situe bien évidemment dans ces fameux personnages auxquels on s’attache rapidement. Le groupe central d’orange se compose de 6 ados : notre héroïne Naho, Azusa Murasaka – dont les parents travaillent dans une boulangerie -, Takako Chino – le personnage du groupe le plus effacé pour le moment -, Saku Hagita – au caractère bien tranché -, Hiroto Suwa – clairement amoureux de Naho et qui s’en est rapproché dans le futur -, et enfin Kakeru Naruse, notre « héros »,  nouveau venu au lycée en provenance de Tokyo et qui va vite trouver sa place, malgré une situation familiale compliquée. L’une des originalités du cadre, c’est que, pour une fois, l’action ne va pas se situer à Tokyo mais en « pleine campagne », à Matsumoto, ville bien connue de l’auteur comme elle nous le précise en postface, permettant d’éviter, pour le moment, trop de clichés du genre (même si on a déjà eu droit aux clubs et à la fête du sport).

 

Capture

 

 

Quelques précisions supplémentaires concernant orange. D’abord, il faut savoir que le titre a été publié une première fois chez Shueisha, avec d’autres couvertures notamment, avant d’être « repris » par Futabasha avec les couvertures actuelles, bien plus jolies et enivrantes. D’abord prépublié dans un magazine shôjo, orange est désormais prépublié dans un magazine seinen. Le titre devrait faire entre 4 et 6 volumes a priori, ce qui paraît logique vu ce qui nous est raconté dans ce tome d’introduction. Enfin, on notera qu‘une partie du premier tirage d’orange possède des couvertures au papier très fin, loin de ce qui était prévu par Akata et que n’ont pas les autres volumes. Faites donc attention lors de votre achat !

 

En un tome, Ichigo Takano a réussit à transmettre une jolie palette d’émotions et a créé un lien fort entre ses personnages et le lecteur. Si on aimerait voir une Naho plus volontaire, il faut reconnaître que les choix opérés jusqu’à maintenant portent leur fruit et que la lecture de ce premier volume se fait avec un réel plaisir, des frissons et une grande envie de lire la suite. Bref, Akata, sortez vite le tome 2 !

Publicités

5 réflexions sur “orange – Ichigo Takano

  1. a-yin dit :

    Peut-être pas trop vite vu le rythme au Japon? 😉

    J’ignore pourquoi le dessin de Takano sur Orange me fait beaucoup penser à Blue Spring Ride 😮 . Pour le moment, pas encore lu Orange mais li me tarde.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :