Histoires sur le bord du trottoir – Hee-jae Lee

Poster un commentaire

17 septembre 2014 par sweetmadonna

Et hop, pas de raisons que cela ne fonctionne que dans un sens. Certains d’entre vous ont pu découvrir cet article sur Manhwa France, il est temps de le relayer sur Il était une fois un manga. Focus donc sur un one-shot manhwa, Histoires sur le bord du trottoir :

 

Si pour beaucoup manhwa rime avec histoire bourrée d’action ou romance lycéenne, il ne faut pas oublier que tout un pan de la bande dessinée coréenne est également composé de « manhwas d’auteurs« , comme ce que nous avons pour le manga. Histoires sur le bord du trottoir, édité par FLBLB, fait partie de ce genre-là, spécifique, pas forcément très attirant au premier regard et souvent perçu comme underground ou élitiste. Retour sur le one-shot de Hee-Jae Lee, avec lequel nous allons faire connaissance.

 

 

Hee-Jae Lee, dessinateur réaliste

 

Comme souvent, le plus simple est d’aller voir sur les sites éditeurs pour obtenir des infos sur un auter. Pour Hee-Jae Lee, petit tour sur le site des éditions FLBLB :

 

Né en 1952 sur une île au sud de la Corée, Lee Hee Jae a débuté précocement sa carrière en 1970. Considéré comme le plus réaliste des dessinateurs coréens, il a notamment publié « Vedette » en 1986 (publié en 2006 aux éditions Casterman, collection Hanguk). En 1990 il adapte en bande dessinée le journal intime de Lee Youn-book « Chagrin dans le ciel » (publié en 2007 aux éditions Casterman, collection Hanguk).
Artiste éclectique, il a abordé l’autobiographie avec « La Maison de Haenim », adapté des contes traditionnels et des romans historiques coréens, et conçoit des bandes dessinées éducatives très appréciées dans son pays. Plus récemment, il a adapté en bande dessinée « Mon bel Oranger » de José Mauro de Vasconcelos, et publié un livre de ses croquis de manifestations. Il est également président d’honneur du Komacon, organisme d’état qui promeut la bande dessinée coréenne.

 

Avec Histoires sur le bord du trottoir, ce sont 6 nouvelles que nous proposent l’auteur sur l’envers du miracle économique coréen.

 

Le raté, le vainqueur, les laissés pour compte

 

Tout le long des 160 pages de son ouvrage, Hee-Jae Lee nous invite à suivre une palette variée de personnages, allant de celui qui a tout pour réussir mais n’en profite pas à celui à qui tout réussit mais qui fait tout foirer, en passant par celui qui fait tout ce qu’il peut pour réussir mais n’y arrive pas. Avec un trait qui tend vers le réalisme et évite donc certaines déformations dans les chara-designs ou autre, Hee-Jae Lee nous entraîne sur les traces de personnages presque comme vous et moi, qui tentent de s’en sortir dans une Corée en pleine expansion, en plein boum, mais qui ne semble rendre la vie facile qu’à un tout petit nombre de ses habitants. Une vision sans concessions d’une société en pleine mutation, témoignage réaliste d’une époque (les nouvelles ont été écrites dans les années 80) qui réussit, pourtant, à trouver écho aujourd’hui encore, en Corée ou ailleurs. Si les 6 nouvelles proposées sont d’un intérêt inégal, que nous ne suivons pas toujours les mêmes personnages, qu’il est parfois plus facile de s’attacher ou de s’identifier à certains qu’à d’autres, l’ensemble du one-shot propose finalement une cohérence de ton intéressante et même si sa lecture ne marquera pas profondément le lecteur occidental, trop éloigné du fond du problème, il réussira à l’intéresser par certains aspects.

 

Capture

 

Côté édition, FLBLB a misé sur la simplicité, avec une couverture semi-rigide, pas de jaquettes, pas de préface ou de postface. Un grand format néanmoins, avec une impression de qualité et un papier très correct, le tout pour 13€, rapport qualité/prix habituel chez l’éditeur.

 

Témoignage d’une époque charnière de l’histoire de Corée, regard sans concessions sur une société en plein bouleversements, Histoires sur le bord du trottoir est un recueil intéressant, bien qu’un peu trop spécifique à son pays pour être totalement accessible au lecteur français. Mais ses qualités sont suffisantes pour avoir envie de tenter la lecture de ses autres titres parus en France et espérer en voir d’autres arriver sous nos latitudes. A réserver aux lecteurs curieux ou ceux intéressés par la Corée et l’évolution de sa société.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :