Spécial coupe du monde : les mangas de foot

12

11 juin 2014 par sweetmadonna

Demain, c’est le début de la coupe du monde de football au Brésil. Et, histoire de meubler un peu et pour compenser mon manque de nouvelles lectures actuelles, voici un petit article résumant rapidement ce que le manga a à nous proposer de beau concernant le ballon rond.

 

L’incontournable

 

On vous dit manga et football. Vous répondez ? Olive et Tom ! Et oui, Captain Tsubasa de son vrai nom est LA référence du manga de foot, popularisée par sa version animée qui a bercée notre jeunesse, notre adolescence et plus si affinités. La première série d’un univers riche désormais de plus de 90 tomes au pays du soleil levant comporte 37 tomes et nous fait suivre les aventures du petit Tsubasa Ohzora, dont le meilleur ami est… un ballon de foot ! Son rêve ? Devenir le meilleur joueur du monde. Oui, il est comme ça Tsubasa, ce n’est pas un gagne petit. Et on se retrouve donc à suivre des matches d’enfants d’une dizaine d’années, faisant des frappes du milieu de terrain qui trouent les filets,  s’envolant dans les airs en rebondissant sur les crampons du frérot qui glisse sur l’herbe (quoi ? vous ne connaissez pas la célèbre catapulte des frères Derrick ??? Shame on you !!!) et prêt à mourir sur le terrain malgré une maladie cardiaque qui peut frapper à tous moments. Bref, du grand nekketsu, de la grande camaraderie, des adversaires finalement pas si méchants (ben ouais, Hyuga/Mark Landers, c’est un cœur pur en vrai) : un shonen sportif 100% classique, et plutôt efficace malgré une légère tendance à la redondance.

 

 

Tout d’abord publiée chez J’ai Lu, la série connait actuellement une réédition en cours chez Glénat. Sa suite, Captain Tsubasa World Youth, nous fait suivre pendant 18 tomes le fameux World Youth donc, la coupe du monde juniors. Les anciens adversaires sont donc coéquipiers et forment une dream-team chargée de porter haut les couleurs du Japon. Une suite finalement meilleure que la série initiale, avec plus de rythme, plus de nouveautés, des matches qui mettent en avant l’esprit patriotique et un (tout petit) peu de romance. La suite de la saga, ce ne sera apparemment que sur le net, sur des sites pas très légaux. On a certes eu droit à quelques autres « gaïden », ces one-shots spin-off sur un personnage en particulier, mais il semblerait bien qu’on doive faire une croix sur les autres séries de la licence. Tant pis, on regardera Olive et Tom le retour pour profiter de la série en accéléré. Outre ses multiples séries sur Tsubasa et ses copains, Yoichi Takahashi a également sorti d’autres titres traitant de football parus en France, comme Le loup du stade (recommandé par Gemini !) chez J’ai Lu et Hungry Heart, série en 6 tomes qui était disponible chez Asuka. Bref, un fondu de ballon rond.

 

Les réalistes

 

Les mots qui vont suivre sont à prendre avec de grosses pincettes. Car oui, même si j’aime plutôt le foot, je ne suis pas du genre à acheter tous les mangas parlant de ce sport. Et, du coup, il est fort possible que je dise des bêtises sur les deux titres suivants : Angel Voice et Whistle, que je ne connais pas vraiment. Le premier, dont l’auteur était connu chez nous pour Go and Go, un manga sur le base-ball édité par Taïfu, sort en ce moment chez Kana avec déjà 23 tomes, et la série est toujours en cours au Japon avec 35 volumes… Bref, du shonen au long cours. Difficile d’en dire plus puisque je n’en ai pas lu une page. Mais, apparemment, on est dans le réaliste, plus qu’un Captain Tsubasa en tout cas. C’est un peu la même chose pour le suivant, Whistle. J’ai le premier volume, lu il y a des plombes, et, de mémoire, le foot y est abordé de manière réaliste également. La série a le malheur de faire partie de celles qui ne se vendent pas chez Panini. Du coup, malgré une série terminée au Japon depuis belle lurette en 24 volumes, les fans attendent impatiemment le tome 22, qui sort aujourd’hui. Bon, là encore, je ne vais pas vraiment pouvoir m’étendre.

 

 

Pour les plus jeunes

 

Une licence est à la mode depuis quelques temps maintenant : Inazuma Eleven. Issu d’un projet cross-médias comme savent si bien le faire les japonais (manga, jeux vidéo, animé), Inazuma Eleven est un titre à destination d’un public plus jeune, un peu comme peuvent l’être des séries comme Beyblade par exemple. Kurokawa, qui édite la série et ses deux séries dérivées (Inazuma Eleven X-Tra – tiré du 1er film il me semble – et Inazuma Eleven Go), est un spécialiste de ce genre de série cross-médias et semble avoir eu le nez creux. Ici, aux oubliettes le réalisme, ringarde la catapulte des frères Derrick. Le ballon s’enflamme pour traverser le terrain, les gardiens dressent des murs devant leurs cages… Bref, tout est dans la démesure mais l’esprit reste le même que dans tout shonen : entraide, camaraderie, bons sentiments. Idéal pour les petits frères. Un autre titre, plus récent, s’adresse également aux plus jeunes : Victory Kickoff, chez Kazé Manga. Le second tome sort ce mois-ci, dans une période propice.

 

 

Les déjantés

 

Déjanté est forcément le terme qui vient à l’esprit lorsqu’il est question des deux titres qui vont suivre. Si vous connaissez Hideki Owada (Keishicho 24, Panzer Princess Punié), vous ne serez pas surpris de savoir que son titre parlant de football, Heaven Eleven, est totalement farfelu, excentrique, allumé, débile et jubilatoire. Tout est dans l’excès, et c’est fait avec un vrai talent. Et difficile de ne pas voir l’influence d’un tel auteur sur l’un des « mangas français » les plus populaires, Head Trick. Les similitudes sont nombreuses dans « l’atmosphère » et le côté complètement barré est LA caractéristique principale de la série. Pour décompresser, il n’y a rien de mieux. Mais oubliez totalement tout ce que vous connaissez du foot : ici, tout est possible…

 

 

Les différents

 

Bon, là encore, je vais avoir du mal à être précis. Certains titres parlent de foot mais d’une manière différente, celui-ci n’étant finalement qu’un élément du cadre. En premier lieu, on peut retrouver toute la série des Sasameke/Sasameki/Sasanaki, où le football est secondaire et où l’aspect tranche de vie prime. Bon, j’ai lu la première série il y a longtemps et je n’en ai pas gardé un souvenir impérissable, je le reconnais… Un autre titre qui sort du lot, mais plus pour le côté original par lequel il s’intéresse au foot : Vamos Là, titre aux critiques élogieuses. Sa spécificité ? Il y est question de foot en salle. Ouais, c’est vraiment original, et, du coup, ça me donne envie de lire la série… Ben oui, une fois de plus, je n’en ai pas lu une page donc difficile d’en dire plus.

 

 

Au Japon

 

De l’eau a coulé sous les ponts depuis Captain Tsubasa. Beaucoup de titres parlant foot ont vu le jour, allant de paire avec les résultats positifs de l’équipe nationale tant masculine que féminine. Si on pourrait faire une page entière sur les séries de foot sorties au Japon et inédites chez nous, je vais plutôt me contenter de parler rapidement de celles revenant le plus souvent lorsqu’il s’agit d’acquisition de nouvelles licences par les éditeurs. Deux titres ressortent de manière plus soutenues que les autres : Giant Killing et Area no Kishi. Allez, c’est parti pour les 2 synopsis et une petite illustration :

 

Giant Killing : L’équipe de football ETU (Tokyo East United) est en grande difficulté. Elle essuie de nombreuse défaites pour arriver finalement au plus profond du classement de la ligue de football Japonaise. Le moral de l’équipe est au plus bas, les supporters tournent le dos à leur équipe. Sans eux le club ne peut plus exister… Généralement ces équipes sombrent, elles descendent de division en division, changent d’entraineur et vendent leurs meilleurs joueurs. Mais un nouvel entraineur reprend les rênes : un ancien joueur de l’équipe, Takeshi Tatsumi, en provenance directe de l’Angleterre où il a mené une petite équipe à la victoire, en tant que coach. Il va ainsi progressivement remettre l’équipe sur les rails, en réalisant un travail de fond sur la psychologie des joueurs, pour qu’à nouveau ils trouvent du plaisir à jouer sur le terrain sous les encouragements des supporters.

 

 

Area no Kishi : Suguru et Kakeru Aizawa sont deux frères passionnés de football. Mais ce dernier est persuadé qu’il n’est qu’un poids mort pour l’équipe et décide d’en être le manager. Son frère, persuadé de son talent, a bien du mal à le lui faire comprendre. Mais avec l’arrivée de leur amie d’enfance Nana, dont Kakeru était amoureux, il se pourrait que les choses changent.

 

 

Dans l’absolu, ces séries semblent posséder des qualités qui pourraient leur permettre d’avoir leur petit succès sous nos contrées. Mais il faut se rendre à l’évidence, elles possèdent deux gros « défauts » : il s’agit de séries très longues (plus de 25 pour Giant Killing, près de 40 pour Area no Kishi) et les précédents en France ne sont pas fameux (aucune série de sport ne fait des étincelles niveau ventes, même la réédition de Captain Tsubasa ne déplace pas les foules…). Mais tout est possible, puisque Dream Team est finalement sorti chez nous. Alors pourquoi pas d’autres shonens sportifs au long cours…

 

Voilà pour ce petit point rapide sur le ballon rond dans le manga. Certes, il est très loin d’être complet. N’hésitez donc pas à venir me dire ce que vous pensez des titres que je n’ai fait qui citer, ou de ceux que j’aurais éventuellement oublié !

Publicités

12 réflexions sur “Spécial coupe du monde : les mangas de foot

  1. Gemini dit :

    Et le meilleur manga sur le football est : Le Loup du Stade. Toute la puissance de Olive & Tom condensée en deux volumes, par le même auteur. En arrêt de commercialisation depuis une dizaine d’années, si ce n’est pas malheureux…

    • sweetmadonna dit :

      D’ailleurs, Le loup du stade n’est pas un spin-off c’est ça ? C’est un titre sans lien avec Captain Tsubasa ?

      • Gemini dit :

        Dans l’ordre : oui et non. Les deux séries se déroulent dans le même univers, mais les personnages n’ont ni le même âge ni le même niveau, donc les deux histoires sont indépendantes et n’ont pas de raison d’influer l’une sur l’autre.

  2. Rukawa dit :

    ce qui est impardonnable dans l’article c’est que t’as surtout oublié l’un des meilleurs manga de football : Shoot! (adapté en anime sous le nom de aoki densetsu shoot!).
    en vrac, au japon ya aussi kattobi itto, la seconde saga de foot la plus longue après Captain Tsubasa.
    tu pouvais aussi citer l’auteur qui a fait VIVA CALCIO! (manga sur la Fiorentina) et Yatagarasu.
    ou encore Akachi no Eleven, l’un des premiers manga de foot dessiné par Ikki Kajiwara (l’auteur du monument du nekketsu Kyojin no Hoshi).
    toujours en nekketsu, Kazuhiko Shimamoto (mangaka de La plume de feu) a aussi fait un manga de foot mais çà par contre, je sais pas si c’était réputé.

    • sweetmadonna dit :

      Comme je l’ai signalé sur la partie « Au Japon », je n’ai décidé de parler que des titres revenant le plus souvent quand il est question de nouvelles licences chez nous. Et on aurait pu, en effet, en faire une très longue liste (j’ai compté plus de 30 séries différentes en cherchant rapidement). Merci en tout cas pour ces précisions, ça fait un bon complément à l’article ! 😉

  3. Sherryn dit :

    Dans les shôjo aussi, le football existe… 🙂
    http://www.manga-sanctuary.com/bdd/manga/7711-prince-eleven/
    Très sympathique article, sinon =)

    • sweetmadonna dit :

      Merci ^^ Le foot fait-il juste partie du cadre ou est-ce qu’il est vraiment au coeur de l’action dans Prince Eleven ? En fait, comme j’ai basé ma recherche sur les titres de la catégorie « sport », Prince Eleven n’y était pas… 😉

      • Sherryn dit :

        Bizarre, je ne suis même pas étonnée, c’est bien connu un shôjo c’est seulement une romance, ça peut pas être autre chose ou un mix avec autre chose, sinon c’est pas un shôjo… XD
        Je dois t’avouer que je ne l’ai pas lu, mais si je me base sur les commentaires de Club-Shôjo, le football est quand même assez présent mais pas autant que la comédie romantique
        http://club-shojo.com/prince-eleven-double-vie-midori-t2865.html?hilit=eleven

      • sweetmadonna dit :

        Le problème, c’est que j’ai lu plusieurs avis où le principal commentaire est « dommage que le foot soit mis de côté par l’auteur ». Raison pour laquelle je voulais avoir ton avis mais si tu ne l’as pas lu… ^^

  4. Mangachat dit :

    Comme manga de football, il y a aussi Hungry Heart en 6 volumes du même auteur que Captain Tsubasa
    http://mangaconseil.com/manga-manhwa-manhua/asuka/shonen/hungry-heart/
    Personnellement, j’aime beaucoup Whistle (à un moment croyant le titre abandonné par Panini, je me suis procuré l’édition américaine et la série est sympathique jusqu’à la fin)

    • sweetmadonna dit :

      Dans ma première version de l’article, je parlais d’Hungry Heart. Et il est vrai que dans la version finale, je l’ai zappé, sans m’en rendre compte… Je vais rajouter un petit mot dans la partie Captain Tsubasa je pense. ^^

  5. pepparshoes dit :

    Personnellement, je ne suis pas super fan de foot, mais c’est ce qui fait que j’ai acheté toute la série d’Inazuma Eleven (la première). J’adore cet univers enfantin. Mais il faut dire que je suis tout aussi fan de Pokemon. Je n’arrive décidément pas a grandir ! ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :