Moi, jardinier citadin – Min-ho Choi

Poster un commentaire

9 juin 2014 par sweetmadonna

Depuis le changement de design du blog, vous avez pu voir une jolie image de fond. Et je pense qu’il est enfin temps de parler de la série dont elle est issue ! Après Seediq Bale, Moi, jardinier citadin est donc le second titre publié par les toutes nouvelles éditions Akata. Rien de plus normal pour un éditeur « campagnard » que de sortir un titre en forme de guide pour le jardinage « bio » en zone urbaine, avec ce titre autobiographique où Min-ho Choi nous raconte ses aventures de jardinier citadin.

 

moi-jardinier-1 moi-jardinier-2

 

Le synopsis : 

 

A mi-chemin entre Les Ignorants et Une sacrée mamieMoi, jardinier citadin est l’histoire vraie d’un dessinateur coréen qui se retrouve lui-même en participant au potager collaboratif de son nouveau quartier  ! En observant le rythme des saisons, il va redécouvrir les joies de la culture de la terre en réapprenant à respecter toute forme de vie… Quelques années plus tard, il nous livre dans cette magnifique BD en aquarelles son récit auto-BIO-graphique qui sent bon l’humus et la joie de vivre.

Min-ho CHOI, dessinateur de BD prometteur, ne se retrouve plus dans le système. Depuis quelques années, il vivote en travaillant pour différents studios d’animation, mais il a bien du mal à prendre du plaisir dans la production de masse. Suite à son mariage, il décide de quitter Séoul, et emménage alors à Uijeongbu, une plus petite ville au nord de la capitale et en bordure de montagne. C’est là que, après démissionné, il décide de se consacrer à sa nouvelle vie, entre jardinage et dessins. Sous le regard bienveillant des anciens du quartier, Min-ho CHOI va apprendre à observer les rythmes de la nature, ceux des plantes mais aussi les siens… Complètement ignorant en jardinage, il découvrira pourtant, au contact de ses truculents voisins, à quel point les préjugés véhiculés par le monde moderne ne sont que des aberrations, et qu’il n’est finalement pas si compliqué de cultiver son potager en respectant toute forme de vie… et surtout sans pesticides !!

Et avec la bande annonce en plus, parce que ça fait classe :

 

L’histoire :

 

Min-ho Choi nous raconte son histoire en alternant les passages sur sa vie personnelle, comme son travail, sa relation avec sa femme, son beau-père, la naissance de son enfant, et les passages concernant son potager, qu’il va essayer d’entretenir avec l’aide de ses voisins et de ses camarades jardinier. Mettant en avant les différentes méthodes pour cultiver toutes sortes de légumes différents, suivant les saisons, le temps, la composition du sol, les goûts, donnant quelques conseils très précis, le plus souvent énoncés par un jardinier plus expérimentés, Moi, jardinier citadin peut être considéré comme un guide du jardinage urbain, totalement bio, avec des conseils pour éviter de céder aux pesticides et autres produits toxiques.

Je vous invite par ailleurs à regarder cette vidéo de Dominique Véret à propos de la série (oui, 2 vidéos dans un seul article !) :

 

Les points forts :

 

Indiscutablement, le point fort de Moi, jardinier citadin réside dans le thème abordé. Comme dit plus haut, on a là un véritable guide pour quiconque aimerait commencer à jardiner son propre potager, le plus naturellement possible. Min-ho Choi n’élude pas les difficultés rencontrées, bien au contraire, mais donne des solutions pour les contourner. Le tout avec un style graphique proche de l’aquarelle, apaisant et parfaitement en adéquation avec le sujet. On applaudira le souci du détail donné dans les diverses variétés représentées, ce qui a du demander une vraie rigueur dans la recherche documentaire et l’exécution des planches.

 

 

Les points faibles :

 

Finalement, le point faible du titre serait… son thème. Ben oui, si le jardinage vous laisse indifférent, pas sûr que ce titre puisse vous intéresser. Mais par les temps qui courent, savoir ce que l’on met dans son assiette n’est pas du luxe… ^^

 

L’édition :

 

Deux tomes à 21€50, soit 43€ la série. Voilà peut-être le « point noir » concernant l’édition. Mais tout ceci est fortement à relativiser. En effet, le travail éditorial fourni par Akata – avec préfaces et postfaces en pagaille, permettant de prolonger le plaisir, d’approfondir certains points, bref, complétant parfaitement le récit – fait tout simplement de cette série un exemple idéal d’édition parfaite. Difficile de trouver un défaut, tant les couvertures cartonnées, la qualité du papier ou l’impression sont au top. Vous l’aurez compris : on en a pour son argent.

 

Conclusion :

 

Oeuvre détonante dans le milieu de la BD asiatique, Moi, jardinier citadin fait partie de ces titres pouvant toucher un très large public tant son sujet, universel, peut intéresser tout le monde. Son côté didactique assumé, parfaitement maîtrisé, peut permettre à tout un chacun de se lancer dans la culture de son propre potager. Un guide sympa qui peut aussi permettre une certaine prise de conscience. Bref, un titre Akata.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :