Oh my cats ! – Sakaki Kotsubu

Poster un commentaire

6 juin 2014 par sweetmadonna

On a eu Chi chez Glénat, Plum chez Soleil, et les deux Yanaka chez Komikku, qui remet donc ça avec le one-shot Oh my cats ! de Sakaki Kotsubu. Le thème ? Les chats bien sûr, et plus précisément ceux de la mangaka évidemment.

 

© Kotsubu Sakaki 2011

© Kotsubu Sakaki 2011

 

Le synopsis :

 

“Chaque jour à m’occuper d’eux est un vrai bonheur… Mes chats sont des dieux vivants. ” Découvrez le quotidien félin de la mangaka Kotsubu Sakaki, de ses deux chats Bobo (la mère) et Mini (le fils), ainsi que de tous leurs amis ! 

Kotsubu Sakaki : femme, née en octobre, auteur de ce manga. Ce qu’elle aime : les chats, l’alcool et les machines à sous. 

Bobo : femelle née en mars. Douce à la maison, chef de gang à l’extérieur. Point fort : la chasse. Sort souvent dehors vivre sa vie. Ce qu’elle déteste : le vétérinaire, les chiens, la plupart des autres chats et quand je la caresse trop longtemps. 

Mini : mâle né en mai. Avant, il pouvait déambuler en liberté mais comme il ne faisait que des bêtises, on le cantonne à l’intérieur. Il adore s’évader de temps en temps. Ce qu’il déteste : le vétérinaire et moi.

 

L’histoire :

 

Oh my cats ! est donc le cinquième titre sur les chats publié ces derniers mois. On pourrait penser à une overdose mais finalement, force est de reconnaître qu’il n’y a pas encore surproduction comme dans certains autres genres. Au final, on a une longue série (Chi), une qui débute (Plum) et les 3 autres déjà terminées, toutes chez Komikku. Et on ne trouve pas vraiment de redondance puisque si Chi nous raconte une histoire plus ou moins suivie, Plum reste dans les courts épisodes, et Oh my cats ! dans des formats encore plus courts, puisque ce volume est composé de petites histoires de quelques pages (une dizaine maximum) et d’interludes en yonkoma, ces fameuses BD en 4 cases. Le contenu est assez simple : des petites tranches de vie mettant en scènes les félins. La particularité d' »Oh my cats ! » ? Les chats en question (une mère, Bobo, et son « chaton », Mini) ne semblent pas particulièrement apprécier leur maîtresse… Nous avons donc quelques scènes bien drôles, où Sakaki Kotsubu tente de se faire aimer de ses félins, quitte à leur faire des câlins pendant leur sommeil !

 

Les points forts :

 

Forcément, on en trouvera sans doute plus si on a déjà un chat chez soi. Les quelques ressemblances entre les comportements des chats de Sakaki Kotsubu et les siens feront sourire et certains passages nous feront apprécier bien plus nos petits félins personnels tant ceux de la mangaka semblent compliqués ! Le fait que l’on ait aussi des histoires très courtes donnent du rythme au récit, qui ne s’embarrasse pas de blabla inutile. Et puis, on a un one-shot, pas besoin de grands discours ! On appréciera également le trait très expressif, plus proche d’une Chi que d’un Plum, efficace lorsqu’il s’agit de retranscrire les expressions félines. On appréciera aussi le fait que les coins de bas de pages (vous voyez le chat qui mange sur l’image ci-dessous ?) forment une mini-BD en flip-book (deux animations, une en partant du début, une autre en partant de la fin). Accessoire, certes, mais sympa !

 

© Kotsubu Sakaki 2011

© Kotsubu Sakaki 2011

 

Les points faibles :

 

Le principal reproche que l’on peut faire au titre serait un manque de vrai fil conducteur. Pas forcément une histoire suivie comme on le souhaite souvent mais une ligne directrice, permettant une meilleure transition entre les différents chapitres. On passe ici régulièrement du coq à l’âne, pour revenir au coq un peu plus loin. Parfois, cela complète certains passages, parfois, on se dit que ces compléments auraient du être placés plus tôt. Bref, un sentiment de chapitres indépendants peut-être trop indépendants alors qu’ils sont pourtant liés… Vous me suivez ? ^_^

 

L’édition :

 

Comme dit dans mon article « Et toi, quel éditeur tu lis », Komikku a été « élevé à l’école Ki-oon » et cela se ressent dans la qualité des ouvrages fournis. Ici, aucun reproche à faire, tout est nickel : format, papier, impression, adaptation (qui évite autant que possible les termes japonais, comme kotatsu par exemple – cela rend le titre accessible au plus grand nombre). Bref, travail impec’ !

 

La conclusion :

 

Evidemment, Chi reste LA référence du manga félin. Mais Oh my cats ! est un joli complément, agréable et rentable en terme de rapport qualité/prix. Bref, un one-shot sympa, qui détend, mais qui ne vous donnera pas forcément envie d’avoir un chat ! ^_^

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :