Parasite – Hitoshi Iwaaki

1

23 mai 2014 par sweetmadonna

La sortie d’Eurêka en ce début d’année m’a donné envie de me replonger dans la première oeuvre de Hitoshi Iwaaki sortie en France, à savoir les 10 volumes de Parasite aux éditions Glénat, titre de retour dans l’actualité avec une version animé et des films live prévus pour la rentrée prochaine. Retour sur un titre à posséder.

 

Le synopsis :

 

De mystérieuses sphères abritant des parasites se répandent un peu partout sur Terre et prennent possession de certains habitants. Nul ne sait d’où elles viennent, mais elles sont là pour débarrasser le monde de l’espèce humaine. Shin’ichi, jeune lycéen, est un hôte dont le cerveau a miraculeusement été épargné : Migy, son parasite, a pris possession de son bras droit ! Les deux êtres vont apprendre à cohabiter l’un avec l’autre. Shin’ichi se découvre doté d’incroyables facultés physiques, mais prend aussi conscience de la menace qui plane sur l’humanité tout entière…

 

 

L’histoire :

 

Tout débute lorsqu’un jour, venues de l’espace, d’étranges petites boules, apparemment inoffensives, libèrent des créatures non moins étranges qui tentent d’entrer dans le corps des êtres vivants qu’elles trouvent près d’elles. Shin’ichi Izumi, un lycéen un peu effacé, en fait l’expérience, cette créature, semblable à un serpent, transperçant sa main droite  pour rentrer à l’intérieur de son corps ! Le choc passé, aucune trace de l’attaque ne subsiste. Le lendemain, tout ceci ne semble finalement n’être qu’un mauvais rêve… Mais voilà que sa main commence à agir indépendamment de sa volonté. Notre jeune lycéen est alors contraint de se rendre à l’évidence : une créature vit en lui, dans sa main droite. Et il semble bien qu’elle ne soit pas la seule de son espèce et que ses congénères n’aient pas forcément de bonnes intentions. En effet, des meurtres sanglants se produisent aux quatre coins du pays et Shin’ichi saura vite qu’ils ont pour origine ces créatures… Le début d’une longue lutte, où les victimes seront nombreuses, et où Shin’ichi ne sera pas épargné, étant touché directement par l’un de ces drames.

 

Les points forts

 

L’un des gros points forts de Parasite est indéniablement le scénario élaboré par l’auteur, mêlant habilement science-fiction et réflexion écologique. En décidant de mettre en face des humains une race potentiellement supérieure, Hitoshi Iwaaki bouleverse la chaîne alimentaire en n’y faisant plus figurer l’homme au dernier échelon. Les réflexions des parasites sur le comportement des humains envers leur planète fait particulièrement écho en ces temps où notre influence sur notre environnement est constamment au centre de discussions entre les grandes puissances de notre monde aussi bien que dans les foyers. L’atmosphère mise en place par le mangaka est toute aussi réussie : le tension est souvent palpable, le récit stressant, le suspense pressant. On est totalement absorbés par les évènements et compatissons au destin cruel de notre héros. Le récit s’offre par ailleurs une vraie fin, intelligente et bien pensée. A noter également que le graphisme de l’auteur, que l’on peut décrier, sait s’adapter parfaitement au récit et aux différents tons qu’il contient, que ce soit dans les scènes de tension extrême ou celles plus détendues.

 

 

Les points faibles

 

Il est fort possible que beaucoup de lecteurs aient été rebutés par le style graphique d’Iwaaki, décelable dès les couvertures, ceci expliquant sans doute le peu de succès rencontré par la série, celle-ci n’étant donc plus disponible en intégralité actuellement en neuf. Différent, le trait du mangaka peut clairement rebuter les lecteurs accordant beaucoup d’importance au côté « esthétique » d’un titre. L’autre point faible concerne certains passages et comportements peu crédibles. La « disparition » de la mère de Shin’Ichi n’émeut pas grand monde notamment, et les réactions de notre héros semblent parfois incohérentes. Mais ceci trouve une explication que l’on peut accepter telle quelle. Ou pas. On pourrait également reprocher le happy-end en étant tatillon. Reste que ces éléments ne constituent pas de réels freins, tant l’ensemble du récit est cohérent et passionnant.

 

Conclusion

 

L’actualité autour de la série aidant, on ne peut que souhaiter voir enfin Glénat proposer une réédition du titre, si possible sa version deluxe. Référence du genre, Parasite possède toutes les qualités d’un must-have. Et si la réédition ne voit pas le jour, espérons voir un jour l’autre grande série de l’auteur, Historie, nous narrant les aventures d’Alexandre le grand. Si vous avez l’occasion de mettre la main sur cette série, n’hésitez pas !

 

 

Vous pouvez retrouver sur le blog un article sur un autre titre d’Hitoshi Iwaaki (cliquez sur le titre pour afficher l’article) :

Eurêka

Publicités

Une réflexion sur “Parasite – Hitoshi Iwaaki

  1. Darkjuju dit :

    Parasite a été un choc lors de sa lecture, mêlant fantastique avec le monde réel, il représente un futur qui « pourrait » arriver. Parasite nous fait réfléchir de nous même, sur notre condition et notre but sur terre sans être une purge philosophique. Réaliste dans l’implantation et l’évolution des parasites dans notre société, l’auteur ne cache pas les scènes gores et ‘n’infantilise pas le propos. On ressent au milieu du manga une hésitation de l’auteur, le temps d’approfondir sa réflexion sur le message de la suite et conclusion de son oeuvre.
    Une série que je me séparait sous aucun prétexte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :