Jojo’s Bizarre Adventure Partie 4 : Diamond is unbreakable – Hirohiko Araki

2

12 mai 2014 par sweetmadonna

Et oui, ceci est bien un article sur la 4ème partie de Jojo’s Bizarre Adventure, Diamond is unbreakable ! Comme quoi, parfois, tout arrive. Et qui sait, peut-être qu’un article sur Golden Wind pourrait arriver avant fin mai ! ^_^ Mais avant, on parlera tout de même du one-shot consacré au personnage de Rohan, que nous rencontrerons dans cette partie et intitulé « Rohan au Louvre« . Mais place maintenant à Diamond is unbreakable !

 

Le contexte

 

10 ans après les événements de Stardust Crusaders, la 4ème « saison » de Jojo’s Bizarre Adventure nous ramène au Japon, en 1999 (tomes 29 à 47 de la série d’origine, tome 46, le dernier, pour l’édition J’ai Lu). Kujo Jotaro, notre 3ème JoJo, va retrouver dans la petite ville de Morio son oncle, Higashikata Josuke, qui sera notre 4ème JoJo. Agé de 16 ans, il est le fils adultérin de Joseph Joestar (notre second JoJo) avec une jeune japonaise. La ville de Morio va alors être le théâtre d’événements étranges liés à des stands, tout ceci ayant pour origine « l’arc et la flèche »…

 

 

Les personnages

 

Pas besoin de présenter Kujo Jotaro, notre 3ème JoJo, et son stand Star Platinum. Dix ans après la fin de Dio, Star Platinum est plus puissant et peut notamment arrêter le temps quelques secondes. Concernant le second JoJo, ses 79 ans n’en font plus le grand aventurier qu’il a été et il n’est parfois pas loin d’être sénile… Quant à notre 3ème et dernier JoJo de cette partie, Higashikata Josuke, l’un de ses traits de caractère les plus marquants est son extraordinaire agressivité lorsque l’on se moque de ses cheveux… Son stand, Crazy Diamond, peut reconstruire ce qu’il a détruit, pouvoir très utile lorsqu’il est utilisé intelligemment. Dans les rangs des « gentils », on retrouve également le lycéen Koichi Hirose, petit et chétif, embarqué dans des affrontements de stands contre son gré et qui finira par en développer un, Echoes. Des « ennemis » viendront également rejoindre le camp des gentils, comme dans la précédente partie de la saga (Rohan, Okuyasu). Côté méchants, nous pouvons cités deux adversaires « réguliers » et qui serviront de fil rouge à cette saison : Kira Yoshikage et son père, possesseur d’un exemplaire de l’arc et la flèche. Le premier fait preuve d’un grand sang-froid pour se sortir régulièrement de situations périlleuses tandis que le second va mettre sur la route de nos héros des possesseurs de stand aussi dangereux les uns que les autres.

 

Les points forts

 

Encore et toujours les stands. En grande partie parce qu’ils sont ici très ingénieux et utilisé avec une intelligence rare. Nettement moins dans l’optique d’une avancée progressive vers un adversaire final que les précédentes parties, Diamond is unbreakable nous montre les divers « monstres » habitant la ville de Morio, où les possesseurs de stands s’attirent mutuellement. Entre celui qui contrôle l’électricité, celui qui permet de « lire » la vie d’une personne, celui qui est représentée par toute une armée de soldats miniatures… , Hirohiko Araki fait preuve d’une réelle imagination et réussit encore et toujours à surprendre. Il réussit même à créer un méchant charismatique qui devient le but ultime des héros, en fil rouge entrecoupé de petites histoires indépendantes. Et en situant son histoire dans un même lieu géographique, il s’évite certains écueils rencontrés précédemment…

 

 

Les points faibles

 

… mais il s’en crée de nouveaux. En effet, la succession de « combats » sans véritable but finit par donner cette impression d’une partie sans objectif réel, d’autant qu’une fois encore, il est difficile d’adhérer à tous les choix du mangaka, notamment en ce qui concerne l’origine des pouvoirs de Dio et donc des stands, tout comme le fait qu’une fois encore nous avons un tour de passe-passe avec la révélation de l’existence de plusieurs exemplaires de l’arc et la flèche, bien pratique pour la suite de son récit. Cette impression de bricolage couplée une partie sans enjeu réel atténue le plaisir de lecture provoqué par l’ingéniosité de l’auteur. Bref, on se dit, encore, qu’il y avait là d’excellentes idées, mais que l’ensemble n’est pas totalement abouti. Et, encore une fois, la mort de l’un des personnages n’est que temporaire. Dommage.

 

Conclusion

 

Bien différente des autres parties, Diamond is unbreakable tire de cette originalité dans la saga des points positifs et d’autres négatifs. Si on pourra préférer par certains aspects Stardust Crusaders, on peut également trouver plus facilement son compte avec cette 4ème saison. Le concept des stands y est poussé très loin, le « huit-clos » installé est un joli défi parfaitement relevé, le fil rouge qui apparaît finalement réussit à passionner, le style graphique de Hirohiko Araki est totalement affirmé… Bref, c’est saison possède beaucoup d’atouts, c’est indéniable. Mais il lui manque une constance dans la qualité et dans les idées pour en faire une oeuvre totalement indispensable, bien qu’elle puisse être une vraie référence.

 

Vous pouvez retrouver les articles sur les autres parties de la série sur le blog en cliquant sur les titres ci-dessous :

Jojo’s Bizarre Adventure Partie 2 : Battle Tendency

Jojo’s Bizarre Adventure Partie 3 : Stardust Crusaders

Publicités

2 réflexions sur “Jojo’s Bizarre Adventure Partie 4 : Diamond is unbreakable – Hirohiko Araki

  1. Darkjuju dit :

    Cette 4ème partie est racontée comme une tranche de vie, on vie a Morio, on est potes avec les gens de Morio et on défend Morio. Il est clair qu’a la première lecture le manque évident d’un but final se ressent durent la moitié de cet arc, mais comme chaque saison de Jojo est un concept, une fois compris c’est un plaisir de lecture. Cette fois Araki reste dans une ville et impose un des meilleurs méchants du shonen qui ne cherche absolument pas a conquérir le monde mais juste à continuer ses crimes dans sa petite ville perdu.
    Les stands sont géniaux et le concept de plus en plus poussé, ils ne se limitent plus a attaquer ou se défendre mais agit clairement sur l’environnement, l’espace ou le temps. Il est regrettable qu’Araki utilise des facilités scénaristiques mais il innove et change encore son concept. Cette partie s’apprécie clairement avec une deuxième lecture une fois que l’on possède les clefs de l’histoire.
    A ce stade on est accro à la série, et on veut connaitre le prochain délire d’Araki

  2. Lox dit :

    Pas trop fan de cette histoire d’arc non plus, et pareil, pas trop fan de cette « résurrection » :/ Les gens mentionnent souvent cette partie comme la 1ère ou 2ème meilleure (en concurrence avec Steel Ball Run), on a peut-être raté quelque chose e.e Le combat final manquait de quelque chose aussi, et le Stand d’Okuyasu était beaucoup trop sous-exploité, par contre Josuke est probablement le JoJo le plus « normal », et les situations étaient vraiment très, TRES diverses (mention spéciale au passage du dé qui m’a fait hurler de rire).

    En fait la bonne pioche c’est Golden Wind qui combine la structure de Battle Tendency (« on a un but précis donc on voyage un peu partout ») avec l’inventivité de Diamond is Unbreakable (du début à la fin chaque nouveau Stand est une nouvelle surprise)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :