Eurêka – Hitoshi Iwaaki

Poster un commentaire

26 janvier 2014 par sweetmadonna

Près de 10 ans après la sortie du dixième et dernier tome de Parasite chez Glénat (en août 2004), Hitoshi Iwaaki revient (enfin !)  en France avec Eurêka, un one-shot historique chez les toutes jeunes éditions Komikku qui nous emmène au IIIème siècle avant Jésus-Christ, en pleine guerre entre Rome et Carthage, et plus précisément en Sicile, lieu stratégique.

 

Le premier constat que fera le lecteur de Parasite concerne la très grande évolution graphique de l’auteur. Plus classique, plus sobre, son trait a beaucoup gagné en maturité et ne possède plus ce style si particulier qui pouvait rebuter les lecteurs avec sa précédente oeuvre publiée chez nous. Alors certes, on pourra justement reprocher le fait que son style ne soit plus aussi personnel que cela. Mais pour un récit historique tel que celui proposé dans Eurêka, ce n’est finalement pas forcément une mauvaise chose, son trait très réaliste étant servant idéalement son propos. Nous avons donc un style épuré, des pages pleines de soldats parfaitement exécutées, des batailles efficaces (la scène de la roue d’Euryale en est un parfait exemple), des décors convaincants et un ensemble d’excellente qualité qui, cette fois, ne devrait rebuter personne de prime abord.

Niveau scénario, Hitoshi Iwaaki nous emmène donc vers 216 avant J-C, en pleine guerre entre Carthage et Rome. Afin de prendre le contrôle de la Méditerranée, Hannibal et les carthaginois vont tenter de reprendre le contrôle sur la Sicile et Syracuse en particulier, sous tutelle romaine, par l’intermédiaire d’un enfant du pays, Epicydès. Ne pouvant laisser l’île aux mains de son ennemi, Rome envoie l’un de ses meilleurs général, Marcellus, reprendre la ville. Mais celle-ci possède un atout de taille : les machines d’auto-défense fabriquées par le savant Archimède… Et c’est au milieu de cette situation pour le moins complexe que nous suivons notre héros, Damippos, originaire de Sparte, entraîné malgré lui dans cette bataille sanglante.

Comme vous l’avez deviné, le titre de l’oeuvre provient de la célèbre phrase attribuée à Archimède. Le savant est d’ailleurs un personnage important du récit car s’il n’intervient pas directement dans l’histoire principale, ses machines, de véritables armes de guerres bourrées d’ingéniosité, seront au coeur des affrontements. Pas loin d’être complètement sénile, pas très au fait des événements se déroulant dans sa ville, le vieil Archimède prendra Damippos pour disciple lorsque ce dernier viendra chercher refuge pour son amie romaine, persécutée par les carthaginois ayant repris Syracuse. L’occasion pour l’auteur d’incorporer un brin de romance dans son histoire, sans que cela ne prenne une place importante. Le récit se concentre donc surtout sur la défense par les carthaginois de Syracuse face à l’armée romaine de Marcellus, avec la présentation des armes créées par Archimède et un Damippos au rôle crucial dans le dénouement des combats.

Prenant quelques petites libertés avec l’histoire, Hitoshi Iwaaki réussit là où beaucoup échouent habituellement : réussir à faire tenir toute son histoire, avec une fin efficace et aucun sentiment d’inachevé, en 260 pages. Rares sont les one-shot de cette qualité et, forcément, on ne peut que refermer ce livre en espérant fortement voir paraître très bientôt Historie sous nos contrées… Après Parasite, Iwaaki nous montre en tout cas que son talent est toujours intacte, pour notre plus grand plaisir.

Un petit mot pour finir sur l’édition offerte par Komikku. Si la qualité globale de l’ouvrage est excellente (pages couleurs, papier et impression de qualité), on regrettera deux-trois mots oubliés dans des phrases mais surtout un terrible « dans la vaste pleine » dès les premières pages… Mais ne boudons pas outre mesure notre plaisir, ces quelques accrocs ne ternissant pas le contenu de l’oeuvre. Un très bon point pour ce jeune éditeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :